Coulisses de la recherche

Le test de biais cognitif

Par
2 Minutes

Bien qu’il porte un nom qui peut paraître un peu abstrait, ce test est en fait relativement facile à comprendre : il permet de savoir si le cheval perçoit son environnement de façon positive ou négative. En bref, s’il est plutôt optimiste ou pessimiste !

Qu'est ce que le test de biais cognitif?

Par le passé, des chercheurs ont mis en évidence que les conditions de vie plus ou moins optimales pouvaient changer ce point de vue et provoquer un biais cognitif aussi appelé biais de jugement. Effectué lors de travaux de recherche, ce test peut être utilisé pour évaluer l’état de bien-être des chevaux d’une structure et comparer différents types d’hébergements, par exemple. Il a ainsi été montré que des chevaux vivant en groupe social à l’extérieur présentait un biais positif par rapport à des chevaux vivant au box individuel.

 

Déroulement du test

La réalisation du test est assez simple il suffit d’avoir un seau, un aliment que le cheval apprécie, un aliment qui le repousse et un espace clos relativement grand (un paddock ou une partie de manège où le cheval peut se déplacer librement sans être attaché). Il doit apprendre que si le seau est positionné à gauche, il y trouvera son aliment favori, cela devient le côté « positif ». En revanche si le seau est à droite, il sera rempli de l’aliment dont il ne veut pas, ce côté devient le côté « négatif ».

En principe, lorsque le cheval a bien compris à faire la distinction (après quelques séances de plusieurs essais de chaque côté), il se dirigera rapidement vers le côté positif et très lentement ou pas du tout vers le côté négatif. Une fois l’apprentissage effectué, on peut passer au test à proprement parlé. Le seau utilisé jusqu’à maintenant est alors placé au milieu, à un emplacement considéré comme ambigu c’est-à-dire, à mi-chemin entre le côté positif et le côté négatif. On observe alors à quelle vitesse se déplace le cheval pour atteindre le seau. Un cheval optimiste se dirigera aussi rapidement au milieu que vers le côté positif alors qu’un cheval pessimiste ira plus lentement ou ne visitera même pas le seau, comme dans le cas de l’aliment répulsif.

Attention, pour que le test soit effectué de façon neutre le seau situé au milieu ne doit rien contenir et il doit être effectué au maximum deux fois pour éviter que le cheval apprenne qu’il n’y a rien dedans.

 

Des exemples en images

Dans notre étude, nous avons utilisé des seaux retournés afin que les chevaux ne voient pas ce qu’ils contiennent et pour diminuer l’odeur des aliments situé du côté positif.

Ici vous avez deux exemples de comportements face à l’emplacement ambigu :

  • On peut juger la réaction du cheval bai comme étant optimiste car il se dirige directement vers le seau, de la même façon qu’il le fait pour le côté positif
HubSpot Video


  • A l’inverse, le poney gris présente une réaction plus pessimiste face à l’emplacement ambigu en restant à la position de départ sans bouger.

 

HubSpot Video

 

Anna Flamand

Anna Flamand

Éthologue ingénieure d’étude en éthologie depuis plusieurs années au CNRS de Strasbourg dans l’équipe de NeuroEthologie et Cognition Sociale, elle mène des projets portant essentiellement sur le bien-être social des chevaux. Après avoir dispensé des cours sur le comportement pendant une année à Avenches, elle se consacre, avec HORSE STOP®, à un nouveau projet de recherche portant sur l'intégration de la socialité du cheval dans les infrastructures équestres.

Auteur
L'utilisation des grands principes d'évaluation du bien-être équin
[Replay] Influence des contacts sociaux sur le cheval au débourrage